Le mélanome

uniph diviser

Qu’est-ce que le mélanome ?
Avec plus de 100 000 nouveaux cas par an, le cancer de la peau est le plus répandu. Il en existe plusieurs types. Les moins sérieux d’entre eux, les carcinomes baso-cellulaires et épidermoïdes, représentent 90% des cas répertoriés.
Si le mélanome représente une minorité, il est à prendre très au sérieux : il reste le plus grave des cancers de la peau ! Il se développe à partir des cellules appelées mélanocytes, responsables de la couleur de la peau et des grains de beauté. Le mélanome se développe assez tard, le plus souvent à l’âge adulte vers 40/50 ans.
Dans 70 à 80 % des cas, il apparait de façon spontanée sur une peau saine. Il peut également être issu d’un ancien grain de beauté (nævus) qui se transforme en tumeur maligne (30 à 40% des cas).
On recense 4 types de mélanomes :
– Mélanome superficiel extensif : c’est la forme la plus fréquente. Il apparait chez les individus sensibles au soleil et subit une évolution progressive.
– Mélanome de Dubreuilh : il apparait quasi exclusivement chez personnes âgées, suite à des expositions répétées aux rayons UV. Il se développe généralement sur le visage.
– Mélanome acro-lentigineux : il est bien souvent situé aux extrémités du corps, comme les paumes de main, plantes de pieds, etc. Il n’est pas lié aux rayons UV.
– Mélanome nodulaire : il peut atteindre toutes les parties de la peau, y compris celles non exposées aux UV. Son taux de croissance est très rapide.

Comment se forme-t-il ?
Dans la majeure partie des cas, il est causé par une exposition excessive aux rayons à UV, que ce soit aux rayons du soleil ou aux cabines à UV. C’est généralement une résultante des expositions durant l’enfance et l’adolescence.
Il n’y a pas de profil type, néanmoins quelques profils sont à risque :
– Les personnes ayant la peau claire et/ou parsemée d’un grand nombre de grains de beauté,
– Les personnes ayant des prédispositions génétiques – elles représentent 10% des malades,
– Les personnes ayant subi des transplantations d’organes : le facteur de risque est multiplié par deux voire trois.

Le mélanome peut se manifester sous la forme d’une tâche pigmentée sur la peau saine, semblable à un grain de beauté. Il peut également survenir suite à l’évolution d’un grain de beauté existant : c’est pourquoi il est crucial d’aller chez le dermatologue régulièrement afin que celui-ci puisse surveiller l’évolution des grains de beauté, notamment ceux qui peuvent être difficiles d’accès (dans le dos, par exemple).

Comment détecter un mélanome ?
On distingue le mélanome d’un grain de beauté classique par son asymétrie et ses bordures irrégulières. Contrairement à nos grains de beauté, il évolue avec le temps : il change de taille, de couleur, de forme…
De nombreux signes peuvent vous alerter : modification de la surface d’un de vos grains de beauté, présence d’une excroissance, extension du pigment, saignements ou encore démangeaisons… Pour détecter un mélanome à temps, vous pouvez dans un premier temps utiliser chez vous la méthode « ABCDE » :
A : Asymétrie du grain de beauté
B : Bordures irrégulières
C : Couleur, le grain de beauté comporte plusieurs couleurs
D : Diamètre supérieur à 6mm
E : Evolution du grain de beauté

mélanome

En cas de suspicion après cette méthode, il faut absolument prendre rendez-vous chez votre dermatologue, qui pourra confirmer ou réfuter vos inquiétudes. Une prise en charge rapide permet donc d’éviter l’évolution et la propagation du cancer : détecté trop tardivement, il peut s’étendre aux ganglions les plus proches ou même se métastaser dans d’autres organes.

Si vous avez une peau à risque ou si vous avez prévu de vous exposer au soleil cet été, n’oubliez pas de respecter certaines consignes pour ne pas vous mettre en danger :

– Évitez l’exposition au soleil de manière trop prolongée,
– Évitez les heures où les radiations solaires sont les plus intenses (entre midi et 16h),
– Appliquez de la crème solaire avec un indice de protection adapté à votre peau (n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou à votre pharmacien),
– Sur la plage ou lors de vos balades, n’oubliez pas de porter des vêtements adaptés afin d’éviter les coups de soleil : t-shirts, casquettes…

A retenir : Les expositions au soleil les plus à risques sont les expositions intermittentes, autrement dit lorsque vous alternez exposition intensive et non exposition. Ces expositions intermittentes sont d’autant plus dangereuses chez les personnes non habituées aux radiations d’UV.

Pour ne pas qu’il se propage, le mélanome doit absolument être dépisté à temps. Plus la prise en charge est précoce, plus il devient possible de stopper son évolution et ainsi augmenter grandement les chances de guérison, grâce à des traitements moins lourds.

Vous avez un doute ? N’attendez pas avant de consulter.