Le burn-out

Un trouble à ne pas prendre à la légère

Depuis cet hiver, vous vous sentez fatigué(e), avez du mal à vous lever le matin – quelle que soit l’heure à laquelle vous vous couchez – et avez du mal à vous concentrer au travail ? Pire, vous vous sentez déprimé(e) à l’idée de vous y rendre ? Méfiance…

Une ambiance pesante sur votre lieu de travail, un mauvais rythme de vie dû au stress et à une organisation pas toujours facile à suivre peuvent avoir de sérieuses conséquences sur le long terme. En effet, si notre corps peut encaisser de nombreuses semaines de nervosité sans que l’on en mesure réellement les effets, celui-ci pourrait bien finir par vous « lâcher »…

 « Un jour, je me suis réveillée et quelque chose avait changé. Je n’ai rien vu venir… J’étais tout simplement incapable de sortir du lit : je n’ai pas pu aller travailler ni sortir de chez  moi. Sans m’en rendre compte, j’avais perdu 10 kilos en quelques semaines. Exécuter la moindre tâche même ménagère me paraissait insurmontable, moi qui avait l’habitude de travailler 10 heures par jour à un rythme effréné. A force d’avoir tiré sur la corde, mon corps m’avait dit stop… » explique Charlotte, infirmière dans une clinique du Sud-Ouest. 

Reconnaître le burn-out

Fatigue, irritabilité, mauvaises relations avec ses collègues ou ses supérieurs : les signes sont nombreux. Si les périodes de stress au travail peuvent s’enchaîner, elles ne doivent pas devenir quotidiennes !

On a tendance à penser que les causes premières du burn-out sont psychologiques. Ce n’est pas forcément le cas : un stress chronique peut entraîner de réelles pathologies physiologiques découlant de l’épuisement du corps. Le manque de sommeil lié au surmenage, les insomnies dues à l’anxiété sur le lieu de travail et à l’absence de relaxation viennent ajouter à l’épuisement émotionnel une fatigue chronique qui devient insoutenable au quotidien.

Si l’évolution peut être très lente, le « décrochage » quant à lui est très soudain. La perte de contrôle et l’impossibilité totale de se rendre au travail surviennent sans prévenir, lorsque l’on s’oublie à force de ne plus réaliser le rythme effréné que l’on peut s’imposer.

burn-out

Stress et mal-être à la racine

Lorsque les conditions de travail et l’urgence peuvent contribuer à une expérience quotidienne très désagréable, le manque de reconnaissance peut également devenir insoutenable. Jusqu’à en perdre l’intérêt pour son travail, comme en témoigne Charlotte :

                « Chaque jour, je me donnais à fond pour faire mon travail correctement, dans les conditions qui m’étaient imposées. Moi qui étais passionnée par mon travail, j’avais l’impression d’être remplaçable. Je me disais que si je partais, un autre ferait mon travail, alors pourquoi moi ? La reconnaissance, la bienveillance, je la voyais parfois dans les yeux des patients. Jamais dans ceux de mes collègues, cadres ou supérieurs. »

Identifier le mal-être et éviter le pire

Dès les premiers symptômes, il est essentiel de prendre le temps de consulter un médecin afin d’évaluer les risques. Faire un bilan de santé peut être une première étape pour diagnostiquer d’éventuels troubles physiques. L’important ? Faire le point pour comprendre comment prendre soin de soi. Une remise en question pas toujours facile mais nécessaire… Malheureusement, quelques semaines de congés ne suffisent pas toujours à apaiser son esprit.

Que faire ensuite ? Prendre du temps pour soi, essayer de se construire un équilibre. Se forcer à faire des pauses, à déléguer les tâches, à utiliser les heures de temps libre pour s’aérer l’esprit. Les activités comme le yoga ou la méditation peuvent être bénéfiques. Lors des jours de congés, préférer les promenades en plein air aux séances de télévision, lâcher son smartphone et passer du temps avec ses proches lorsqu’on en a l’occasion.

Suivre une thérapie sur le long terme afin de faire le point régulièrement sur sa situation est également recommandé. Si 90% des patients ayant souffert d’un burn-out finissent par retourner au travail, il est néanmoins crucial de réfléchir à comment améliorer ses conditions quotidiennes en renouant le dialogue avec ses supérieurs.

Plus d’informations : http://www.psychologies.com/Travail/Souffrance-au-travail/Burn-out/Reponses-d-expert/Comment-prevenir-le-burn-out